Search in Huibslog
About myself

HUIB
Riethof, Brussels

Huib.jpg...more
...meer
...en savoir plus
...mehr

View Huib Riethof's profile on LinkedIn
PUB
Latest Comments
My Social Pages

Journal RSS Menu

 
Email Subscription (free)
Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Powered by Squarespace

Home - Accueil - Startseite - Startpagina

Entries in Bulgaria (4)

Saturday
May022015

Victime du Progrès? (FR)

Retournons à mon appartement. Il est spacieux, double vitrage, bien situé en marge du centre-ville, cuisine et salle de bains bien fournies, terrasses (étroites, mais) ensoleillées, entrée et escaliers bien entretenus - et aussi quelques problèmes propres au pays: service d'eaux et d'électricité compliqués (mais pas chers). On s'y habitue ....

Click to read more ...

Friday
Jul102009

Bulgaria: A political change that Europe shouldn't neglect 9/7 [EN]

For the third time since 1989, Bulgarian voters have inflicted a massive "no" to their political class.
The GERB party (a Bulgarian language shortcut for "Citizens for an European Development of Bulgaria") got 116 of the available 240 seats in the one-cameral parliament of Sofia. Their nearly 40% of the more than 60% vote, propelled the vociferous major of the capital Sofia, Boiko Borissof, into the seat of prime minister.
(Borissov, the virtually nominated prime minister, said on July 9, 2009: I have a program of support to the legal officers who are charged with corruption cases, we are going to invest massively into infrastructure and in European cooperation ... [Photo: Sofia Echo, Krassimir Yuskesseliev])

At the European elections of last month it was already impossible to deny, that Borissovs party was going to carry the national elections, scheduled for July 5.
The high level of participation in the election helped to justify the GERB victory, in spite of frequent vote-buying, an ethnic Turkish vote and "election tourism" on an unprecented scale.

In 1990, Bulgarian voters chased the historic Todor Zhivkov gerontocracy. In 2001, they invested their hopes in the former king Simeon. Every time, they were disappointed. Will the Borissov landslide of 2009 be their ultimate revenge?

Will the third Bulgarian electoral revolution finally bring peace and progress?
In recent years, I had the opportunity to spend some time in the country.

Click to read more ...

Friday
Jul102009

Bulgarie: Un changement que l'Europe ne doit pas sousestimer 9/7 [FR]

Pour la troisième fois depuis 1989, les électeurs bulgares ont exprimé leur ralbol massif de la classe politique du pays. Le parti GERB, (sigle bulgare pour "Citoyens pour le Développement européen de la Bulgarie"), mené par le maire de la capitale Sofia, Boiko Borissov, a obtenu 116 des 240 sièges au parlement monocaméral, le 5 juillet dernier, en récoltant 39,71% du vote.
(Borissov, futur premier ministre de la Bulgarie, le 9 juillet 2009: programme de soutien aux procureurs de la république "mani pulite", investissements et coopération dans le cadre de l'UE ... [Photo: Sofia Echo, Krassimir Yuskesseliev])

Ce résultat était prévisible depuis les élections au parlement européen du mois dernier. Avec un taux de participation relativement très élevé, et malgré l'achat local de votes par certains représentants de la majorité sortante, malgré le "tourisme électoral" et malgré le vote ethnique de la minorité turque, pour la troisième fois en vingt ans, les élections nationales ont chassé du pouvoir une classe de dirigeants qui semblait inamovible.
En 1990, la gérontocratie autour du leader communiste historique Todor Zhivkov a été remplacée par un version "light" de l'ancienne élite politique, réunie dans le Parti Socialiste Bulgare (BSP). Onze années plus tard, marquées de crises économiques, développements mafieux et émigration massive vers l'Occident, l'ancien roi éphémère Simeon a été porté par l'électorat à la présidence du conseil des ministres (2001). Mais il a vite déçu. Le BSP a pu organiser à nouveau une majorité. Majorité qui a été battue le 5 juillet dernier.
Quelles sont les perspectives de cette troisième "révolution électorale" des Bulgares?

Click to read more ...

Thursday
Nov062008

Chorale russe à Plovdiv (Bulgarie) 23/10 [FR]

Actuellement, une très grande base américaine se trouve à Blagoevgrad, près des frontières serbes, macédoines et grecques. Une université américaine domine la ville. Non loin de là, le monastère de Rila, sur les hauteurs des montagnes, témoigne de la continuité de la culture (et de la religion orthodoxe) des Bulgares pendant les siècles de la domination turque.

Dans la deuxième ville du pays (après Sofia), Plovdiv, construite sur trois collines par le père d'Alexandre le Grand, Philippe de Macédoine (Plovdiv=Philippopolis) au milieu du 4me siècle avant JC, nous assistions à un concert donné par deux groupes russes dans le théatre poussiéreux qui se trouve dans le Casino des Officiers de l'armée bulgare sur la place centrale de la ville. Tout de beau monde de la ville était présent. Le chant plein de force dans la bonne tradition de l'Église orthodoxe témoigna du lien culturel et émotionnel qui, malgré tout, continue à rapprocher Russes et Bulgares.

Sur la plus haute colline de la ville, Alyosha, statue d'un soldat russe, surveille depuis les années '70 du XIXme siècle, la vie des Plovdiviens.

Click to read more ...