Search in Huibslog
About myself

HUIB
Riethof, Brussels

Huib.jpg...more
...meer
...en savoir plus
...mehr

View Huib Riethof's profile on LinkedIn
PUB
Latest Comments
My Social Pages

Powered by Squarespace
Journal RSS Menu

 
Email Subscription (free)
Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

« Holland in Europa: Grote Broek - Klein Hartje 20.6.06 [NL] | Main | Hitchens, Haditha and Viet Nam »
Friday
Jun092006

Arrêt sur Rage: Dora 9.6.06 [FR]

Barcelona, 2.6.06.

J'ai revu Dora.

Dora s'est évadée de l'Argentine quand la dictature des généraux commença à semer la terreur dans son pays. Jeune femme, architecte de formation, elle est arivée en Europe il y a trente ans, environ. Elle a partagé le sort des réfugiés politiques. D'abord, vivre dans l'espoir d'un retour prochain. Puis, l'insoutenable horreur de la disparition de ses amis, de ses amours, de ses espoirs, dans les géoles militaires. Elle a commencé à regarder autour d'elle, a découvert plusieurs recoins de son continent d'exil. S'est trouvée entourée d'indifférence. Elle a essayé en vain de s'intégrer dans la profession des architectes, elle a commencé à peindre des tableux, à dessiner. S'est sentie soulagée un peu, chaque fois qu'elle réussit à y exprimer sa rage.

Mariée, divorcée, mère d'un fils, maintenant adulte, qui est allé habiter le pays de son père, à deux mille kilomètres du lieu où Dora a été déposée par les temps, dans une petite maison, perdue derrière la barrière des barres d'appartements qui longent la Costa Brava. Elle y a son petit atelier de peinture. Quelques amis et copains/copines. Et la solitude, hantée par ses souvenirs.

Rien ne bouge. Le monde des artistes-peintres est aussi traditionnel et fermé que celui des architectes. La vie des immigrés, des émigrés, des déménagés, se résume si souvent à la vie d'un débri, déposé n'importe où par une des vagues successives qui laissent leurs dépôts sur les plages des pays d'immigration. Dépôts qui se supersèdent, deviennent méconnaissables, se mêlent, avec le temps. En Espagne, pays de 20 millions d'habitants, vivent plus d'un million d'immigrés latino-américains. Dont plus de 120.000 d'Argentins. La durée d'une vie humaine est trop courte, la plupart des fois, pour permettre l'oubli et un démarrage nouveau. Tout est investi dans la génération suivante. Les parents vont vivre une vieillesse sédentaire, nostalgique.

Pas Dora. Elle vit avec sa rage. Son temps est trop court pour qu'elle rencontre l'espoir des changements nouveaux. Je traduis ce poème pour elle:

"Je rêve d'une vie très lente,

plus lente que celle d'un rocher,

c'est effroyable: autour de moi 

tout s'ébranle, tout se secoue,

tout ce qui semblait immuable." 

(M. Vasalis, Pays-Bas, 1946: "Tijd" [Temps], traduit du néerlandais) 

Elle m'a invité dans un petit restaurant populaire de Barcelone, séparé du mouvement éternel des touristes. Nous avions vieillis, tous les deux. Mais, à mesure que la conversation se développait, le gris de l'automne cédait la place au soleil du printemps. Les idées que nous partageons sur le monde, sur la vie, sur ce qui doit y changer pour la rendre humaine, retrouvèrent leur jeunesse, leur vigueur, leur humour. Échanges presque espiègles, pas correctes dans l'époque de la dictature du marché.

On s'est quittés sur la historique Place de Catalunya. Espace qui commençait à être envahie par les discussions sur le référendum de l'Estatut. Discussions un peu vaines et vides à côté des questions vitales dont nous nous étions entretenus. Mais sérieuses et importantes pour les fiers Catalans qui se créent une espace nationale à leur taille.

tango6606.jpg 

Le jour suivant, à mon hôtel, de retour de la conférence des Régions et des Villes européennes, une grande enveloppe m'attendait. Contenu: Une peinture, beaucoup plus petite que ses panneaux habituels. "Tango para vos y para mí." Tango pour vous et pour moi.

Le tango: âme de Buenos Aires, mais aussi le comble de la retenue, retenue de la rage, en l'exprimant harmonieusement, dans un cri des deux corps unis dans la danse. Après chaque mouvement vigoureux, le mouvement se fige: "Arrêt sur Image", dirait-on en tournant un film.

"Arrêt sur Rage" - afin de mieux voir les vanités passer.

Merci, Dora. 

 

PrintView Printer Friendly Version

EmailEmail Article to Friend

Reader Comments (1)

Le 14 juin 2006, Dora a posté un commentaire, que voici:

Merci à toi.
En 1976, je suis allée de Paris à Geneve pour deux jours, juste pour traverser les Alpes et revoir des montagnes.
Une fois lá bas, je suis allée à la bibliotheque de l'université, un endroit ou on se sens chez soi, quelque part.
J'ai prise un livre à l'hazard. Dedans, j'ai trouvé un petit morceau de papier avec une phrase écrite avec un crayon, qui disait:

"Buenos Aires es mi presente, mi pasado y mi futuro. Los años pasados en Europa son ilusorios. Yo he estado siempre y estaré siempre en Buenos Aires".
Signature: "Jorge Luis Borges


J'ai copié la phrase et j'ai laissé le papier dans le livre...
A suivre...

March 27 | Registered CommenterHuib

PostPost a New Comment

Enter your information below to add a new comment.

My response is on my own website »
Author Email (optional):
Author URL (optional):
Post:
 
Some HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>